24e Exposition de l’Association des Jeunes Artistes Coréens

: Transparence



27 June    -    18 July 2007

Centre Culturel Coréen
2 Avenue d’léna 75016 Paris, FR





Organized by
Centre Culturel Coréen

Artists
HER Mi-Hei    KIM Sun-Mi    OH Kathrine    LEE Hyo-Sung
LEE Sun-Hyun    PARK Byung-Hoon    OH Seung-Ah
LEE Young-In    JUNG Ho-Tai    CHOI Sung-Hoo
YOUN Hye-Sung    HWANG Eun-ok    KIM Eun-Hee


Supported by




    L’A.J.A.C (Association des Jeunes Artistes Coréens, fondée en 1983) est une association de plus d’une quarantaine de membres. C’est un groupe d’une intense créativité qui s’exprime à travers un grand nombre de pratiques artistiques : peinture abstraite et figurative, sculpture, installation, vidéo, photographies, travaux sur divers supports…

    Nous avons retenu l’idée de « Transparence » pour cette vingt-quatrième exposition annuelle de l’AJAC au Centre Culturel Coréen qui met en scène treize artistes de cette association.

    La notion de transparence, très significative dans l’art du moderne, notamment depuis le Bauhaus, est centrale dans l’architecture et le design post-modernes. Le Musée Beaubourg à Paris est à cet égard un exemple très révélateur de l’usage que l’on peut faire de latransparence en architecture. Toute la façade est une gigantesque vitre qui montre l’intérieur du musée, et la structure apparente de tuyauteries met à l’extérieur ce qui est habituellement caché dans l’infrastructure du bâtiment.

    Dans le domaine de l’art, la peinture moderne, de l’impressionnisme au monochrome, est la marque d’une prise de conscience de la réflexivité, qui met en scène, en toutetransparence, la matérialité de la toile, simple objet bidimensionnel sans épaisseur. Cette tendance aboutit à l’esthétique du monochrome, qui met en avant la surface et la matérialité du support de la toile. La matière de ce support est devenue plus légère et plus transparente : l’artiste peut peindre sur de l’émail ou sur des vitres, et laisse ainsi apparaître la peinture elle-même, dans une démarche anti-illusionniste. Dans l’art post-moderne, comme par exemple, le Pop-Art, l’artiste joue sur la surface, le manque de profondeur, l’artificialité de la représentation, dans un travail de recherche esthétique dont un des aboutissements est l’art vidéo, qui met en jeu l’écran et sa surface transparente.

    Transparence des matières dans les objets, fluidité des formes et des mouvements dans les films vidéos, sentiment de légèreté qui se dégage des installations, sont autant de caractéristiques qui définissent les œuvres des treize artistes exposés ici.

    L’exposition explore deux dimensions de ce travail sur la transparence : l’intense présence corporelle des matériaux, le regard que ces artistes portent sur le monde à travers ces matières qui fonctionnent comme des prismes, des fenêtres, des instruments d’observation.

    Les installations de HER Mi-Hei faites de boîtes en plastique transparentes à la surface desquelles sont imprimés des textes et des photographies sont comme des journaux intimes qui sont certes révélés au public mais conservent leur tenace mystère.

    KIM Sun-Mi déconstruit des objets usuels tels que des chaises en y incluant des fils qui s’étirent dans l’espace de l’exposition, et déstabilise la relation espace/objet en dérangeant les limites entre l’intérieur et l’extérieur de l’objet.

    Les monochromes de OH Kathrine jouent des possibilités du langage avec les mots qui s’y insèrent, tandis que LEE Hyo-Sung fait des monochromes sur des supports quasi-transparents.

    Les aquarelles de LEE Sun-Hyun sont des plongées dans un monde aquatique, transparent et insondable. PARK Byung-Hoon superpose des pigments par couches successives detransparence dans des œuvres d’une légère subtilité.

    A la surface des écrans vidéos de OH Seung-Ah se mêlent et se superposent des réalités distinctes qui se rencontrent, s’unissent et se séparent dans une grande fluidité. Avec l’objet accroché, suspendu, de LEE Young-In, on voit apparaître, suggérée, la figure d’un avion en plein vol qui libère une impression de mouvement, de défi lancé aux forces de la gravitation.

    La confrontation entre l’objet réel et l’objet figuré, dans une photographie dans l’installation de JUNG Ho-Tai, explore la question du rapport entre chose et représentation, entre sujet et objet. A travers sa véritable « statue-miroir », CHOI Sung-Hoon montre le processus de construction de l’identité.

    Les silhouettes incertaines, transparentes, vibrantes, des toiles de YOUN Hye-Sung nous interrogent sur l’identité troublée et vaporeuse des figures que saisit notre regard. La femme asiatique qui porte un foulard musulman dans la vidéo de HWANG Eun-ok déstabilise notre vision de l’identité, construite par le regard posé sur soi par l’autre. Chez KIM Eun-Hee, la femme masquée qui enlace un homme nous interroge à travers un jeu sur le langage troublé d’être ainsi convoqué.

    On le voit, l’inspiration, le dynamisme, la variété des thèmes et des traitements, présents chez ces artistes sont riches et témoignent de la vitalité artistique de l’A.J.A.C.





    주불한국문화원(원장 모철민)은 청년작가회(AJAC)의 제24회 정기 전시회를 6월 27일부터 7월18일까지 개최한다. 1983년에 설립된 청년작가협회는 회화, 조각, 설치, 사진, 비디오 등 다양한 장르를 아우르는 40여명의 젊은 작가군으로 구성됐으며 지난 4월 뉴욕 스페이스 월드에서의 그룹전을 가진 바 있다.

    이번 문화원 전시에서는 « 투명성 » (Transparence)이라는 주제로 13인의 회원작가 작품이 중점적으로 소개된다. « Transparence »라는 테마는 이미 서구 모더니즘 예술 역사의 중요한 키워드였으며, 특히 바우하우스 이후 20세기 후반 포스트 모더니즘 건축과 디자인 등의 예술 분야 전체를 가로 지르는, 20세기 미술사의 핵심에 위치하는 개념이라 할 수 있다.

    모더니즘 회화에서 평면이라는 물질성이 모노크롬에로 종결된 것을 비롯해,팝 아트에서의 물신과 표면(surface)의 관계, 사진의 은판이라는 재료를 통한 정체성, 비디오 아트에서의 표면(ecran)이라는 물질성에로의 추구는 결국 « 투명성 »이라는 거울 효과에서 기인한다고 볼 수 있다. 즉 « 투명성 »이라는 개념은 서양미술에 있어 미메시스로서의 오랜 역사를 돌아보고 이를 관통하는 동시에 오늘날 컴퓨터 스크린상에서 물질성으로서의 정체성까지도 포함하는 자기 반영적인 매체적 개념이라는 후기 정보사회의 시대적 산물이라고도 할 수 있다.

    이렇게 시대정신을 드러내는 « 투명성 »을 주제로 한 이번 문화원 전시는 크게 2가지 개념으로 전시된다. 첫번째는 « Transparence »가 가진 재료의 « 물질성 »에 대한 것이며 두번째는 어원적으로 « 무엇을 통하여(a travers) 바라본다 »는 뜻의 « Trans-(ap)parence », 즉 거울이라는 의미로서 “어떤 사물을 통해 본 세계” 에 대한 것이다.

    허미회의 플라스틱 투명상자 설치 작업이나 김선미의 외부와 내부의 경계를 흩트러뜨린 선을 이용한 공간 설치, 회화에 있어 이효성과 Katherine OH의 모노크롬류의 작업군, 박 병훈, 이선현의 물감이라는 재료를 통한 2차원 표면과 물질과의 만남을 실험한 작업, 그리고 이를 비디오라는 매체를 통한 물질성으로 드러내고자 한 오승아 등이 첫번째 개념 카테고리에 들어간다고 할 수 있다. 반중력 운동의 개념을 더한 이영인의 작업도 여기에 포함될 것 이다.

    최성훈의 정체성의 형성 과정을 드러내기 위한 거울 작업과 윤혜성의 회화에서의 이와 유사한 작업, 김은희의 주체의 허구화를 통한 정체성에로의 질문, 그리고 황은옥의 비디오 퍼포먼스를 통한 « 봄/보여짐 » 을 통한 주체의 구성에 대한 것, 정호태의 사물(chose)의 용도 변경과 주체 인식과의 관계에 대한 개념 등이 두번째 카테고리에 속한다고 할 수 있다.









©Association des Jeunes Artistes Coréens. All rights Reserved