39e Exposition de l’Association des Jeunes Artistes Coréens

: Être et Paraître




Du mardi 29 novembre 2022 au samedi 11 mars 2023

Centre Culturel Coréen
20 rue La Boétie, 75008 Paris, FR

www.coree-culture.org







Curator
Sang-A Chun

Artists
Bae Seungjoo    Choi Hyungsub    Demile
Gheem Sookyoung    Ha Yoomi    Hong Bora
Hong Sungyeon    Kim Haeun    Kim Jaeyoung
Kim Jina    Kwon Hyeoki    Lee Hwikyoung
Lee Hyewon    Zion    Lee Seunghwan    Lee Songhee
Park Hyejung    Shin Minseo    Woo Cheyon.



Supported by



Comme chaque année,  les  membres  de  l’Association  des  Jeunes  Artistes  Coréens se renouvellent et se réunissent pour relever un nouveau défi ; explorer un thème qui permet à chacun  d’entre  eux  de  considérer  son  travail  d’un  œil  nouveau.  Soucieux  de  mieux comprendre les phénomènes de la société actuelle, les artistes s’interrogent ici sur le rapport aux médias, plus particulièrement ceux dits alternatifs, tout en mettant en jeu l’influence et les conséquences de ces médias devenus omniprésents dans la vie de tous les jours.


Depuis une dizaine d’années, le public préfère s’informer par les réseaux sociaux numériques plutôt que par les médias journalistiques traditionnels de l’information. Malheureusement, ces nouveaux usages favorisent la circulation de propos rapporteurs souvent basés sur des fake news et des  théories  du  complots.  Dans  ce  contexte,  le  mot  infox,  néologisme juxtaposant « information » et « intoxication » renvoie à une information mensongère ou intentionnellement insidieuse.










LEE Seunghwan N°1 Diospyros virginiana2π, 2022, impression numérique




La prolifération de l’infox serait même responsable du basculement de nos sociétés dans une nouvelle ère de la « post-vérité », terme forgé en 1992 par Steve Tesich, scénariste et romancier  serbo-américain.  Le  terme  post-vérité décrit  une  situation dans  laquelle  les apparences  priment  les  faits,  accordant  davantage  d'importance aux  émotions  et  aux opinions qu'à la réalité des faits. Ce phénomène se traduit par une indifférence de plus en plus généralisée à la distinction entre le vrai et le faux...


Selon Greimas et Courtés, linguistes et sémioticiens, ce qui a à la fois l’être et le paraître est vrai, alors que ce qui est non-être et non-paraître est faux. Ils développent également ce qui est secret et mensonge dans ce rapport entre l'être et le paraître. Le lien entre ces deux façons de concevoir la réalité est ambivalent puisque les apparences dévoilent et dissimulent en même temps, et il gagne en intérêt avec la question de la représentation, de l’image, du réel, des illusions et autres concepts que soulève l’art.







KIM Jina Jardin secret, 2022, vidéo Ultra HD, 42’






Le rôle de l’artiste est, selon Jean-Paul Sartre, de proposer au spectateur un portrait de sa société,  de  sa  réalité,  afin  que  celui-ci  puisse  développer  une  conscience  de  sa  propre condition et des multiples réalités de son environnement. Le plasticien est donc là pour faire voir, faire entendre et poser des questions, tout en nous invitant à prendre le recul nécessaire par rapport aux médias qui ont le pouvoir de façonner notre vision du monde.


L'exposition Être et Paraître vise ainsi à nous interpeller sur les « puissances du faux », voire à trouver l’antidote qui redonnera le goût du vrai, à travers des œuvres de ces jeunes artistes mobilisant les sens et les émotions, irréductibles à une seule thèse ou interprétation unique.







SHIN Minseo RE, 2022, équerre, chaîne, rosaire, résine époxy, dimension variable












©Association des Jeunes Artistes Coréens. All rights Reserved